Julien

Il y a quatre ans, j’ai été victime d’un accident de vélo qui a changé ma vie. Une voiture ne s’est pas arrêtée à un stop et m’a renversé, ce qui m’a amené à être hospitalisé pendant deux mois et demi.

Avec plusieurs fractures au niveau du crâne, mon cerveau a été atteint et j’ai dû réapprendre à faire des phrases, à me faire comprendre, et j’avais des moment d’absence. Au boulot, on attendait de moi la même productivité qu’avant alors que je n’étais pas capable de la fournir.

Au début, notamment à cause d’une triple fracture au bassin, j’avais des béquilles alors les gens comprenaient qu’il m’était arrivé quelque chose. Mais quand je ne les avais plus, c’était un peu compliqué car les gens ne voyaient pas les séquelles. Quand quelqu’un marche alors que tu l’as vu boiter, tu penses qu’il est guéri et que tout va bien… Mais un problème au niveau cérébral, cela ne se voit pas donc les gens n’ont pas conscience de tout le travail que tu fais, des épreuves pas lesquelles tu passes. C’était épuisant et je n’arrivais plus à avoir l’envie, mais surtout la possibilité, de bosser comme avant.

Au début, la situation était vraiment difficile. J’étais dans un corps que je ne contrôlais pas, je percevais ce qu’il se passait dehors mais j’étais bloqué dans un carcan sans pouvoir bouger ni rien faire. Mais le jour où pendant une séance de gym, j’ai pu me lever et faire quelques pas, j’ai vraiment eu l’impression de renaître, c’était un moment très fort.

Le fait de côtoyer d’autres personnes accidentées, des grands traumatisés, crée une solidarité entre les gens qui se font chacun avancer mutuellement. Le personnel médical incroyable a aussi beaucoup participé à l’envie d’aller de l’avant et de guérir. Et évidement mes proches, mes amis… Ma famille m’a toujours porté et donné l’envie de me battre et de progresser, c’est tellement important.

Etonnamment, avec le recul et malgré la gravité de la situation, tout ça a eu un impact positif. Cela m’a fait prendre conscience de beaucoup de choses. C’était à une époque où je travaillais beaucoup, je ne faisais que ça, tout le temps la tête dans le guidon. Cela m’a fait remettre toute ma vie en question et je profite des choses un peu différemment. J’essaie de voir le positif tout autour de moi mais aussi avoir une attitude plus ouverte et solidaire dans mes relations. J’aborde la vie et j’exerce mon métier d’une manière différente et j’ai la chance de pouvoir refaire du vélo avec ma fille !

Julien

Précédent:

«

Suivant:

»

Autres histoires de Vaudois·es

Dans quelle localité souhaitez-vous vous rendre ?

Quel thème souhaitez-vous explorer ?

Card image Portrait

Emre

« Mon challenge, autant professionnel que privé, c’est d’amener du bien dans tout ce que j’entreprends. J’essaie de créer un monde meilleur à l’échelle locale.  »

Morges

Card image Portrait

Amélie

« Quand on parle de réussite, on pense souvent à l’aspect professionnel et au regard des autres, alors qu’au final les critères de notre réussite doivent être fixés par nous-même et personne d’autre. »

La Sarraz

Card image Portrait

Manu

« Personnellement, je serais pour qu’on mange de la viande et du poisson une fois par semaine, mais qu’il vienne de chez nous et qu’il soit issu de la pêche responsable comme la pratiquent les pêcheurs suisses. C’est sûr que ça a un prix, mais c’est la valeur réelle de ces produits. »

Tolochenaz

Card image Portrait

Sandra

« Quand je fais face à un échec, je me dis à chaque fois que c’est une opportunité d’un nouveau départ. »

Lully

Card image Portrait

Maud

« Quand tu penses à l’immensité du monde, nos petits problèmes du quotidien peuvent paraître assez insignifiants. »

Morges

Card image Portrait

Thomas

« J’ai changé d’employeur et je me suis rendu compte que d’avoir du temps libre et une qualité de vie n’avait pas de prix ! »

Morges

Card image Portrait

Pierre-Antoine

« Avec le temps, certains de mes voisins ont développé une allergie au jazz manouche, du coup je viens jouer dans ce magnifique parc pour ne pas les déranger. »

Morges

Card image Portrait

Zoé

« Il y a bien-sûr parfois des petits moments où le moral n'est pas au top, par exemple après une compétition qui ne s'est pas déroulée comme prévu. Ma plus grande motivation dans ces moments-là, c'est d'analyser ce que j'ai fait de faux et de m'entrainer encore plus là-dessus. »

Villars-sous-Yens

Card image Portrait

Antoine

« Le plus important dans la vie ? Les autres ! Les amis, la famille, ceux de qui on s’entoure. »

Morges

Avec le soutien de :

Vous êtes une entreprise ?
Made in Vaud cherche des soutiens pour pouvoir se développer.
Retrouvez toutes les informations ici !

Des nouveaux portraits inspirants inédits, directement dans votre boîte mail deux à quatre fois par mois !

Commencez votre semaine de manière inspirante en recevant directement les nouveaux portraits publiés et soyez dans les premiers·ères à partir à la rencontre des Vaudoises et Vaudois !

Nous ne transmettrons en aucun cas votre e-mail à des tiers. Vous pouvez vous dés-inscrire en tout temps en cliquant sur les liens à la fin de chaque e-mail que nous vous envoyons.